Les liants hydrauliques

Chaux et liants hydrauliques

  • Laitier Cv Ca O

    Liant composé activé par la chaux

  • La chaux vive (CaO) très utilisée en technique routière est obtenue par décarbonatation du calcaire (CaCO3) à une température de 900°C.

    Elle est employée en terrassement pour abaisser la teneur en eau du sol et améliorer ses caractéristiques grâce à son action sur l'argile. Le dosage est généralement de 1 à 3% du poids de sol sec.
    Elle sert également d'activateur de prise des liants à caractère pouzzolanique tels que le laitier cristallisé de haut fourneaux (sidérurgie) ou les cendres volantes silico-alumineuses (centrale à charbon EDF).

    Les liants hydrauliques en présence d'eau donnent naissance à des espèces cristallines insolubles et résistantes qui agglomèrent les éléments du sol ou des graves. Le terme générique liant hydraulique recouvre la famille des « matériaux hydrauliques » faisant prise en présence d'eau, comme le clinker, et la famille des "matériaux pouzolaniques" faisant prise en présence d'eau à pH élévé (≥12), comme les laitiers de hauts fourneaux, les cendres volantes silico-alumineuses, les pouzzolanes.
    Le vocable ciment courant désigne les liants hydrauliques conformes à la norme NF P 15-301. Ils sont utilisés en technique routière. Il sont composés de clinker (mélange de calcaire 80% et d'argile 20% cuit à 1450°C) et de différents autres constituants ajoutés au moment du broyage (laitier, cendres volantes..., et gypse).

  • Nf Certification Liant Routier
    • En complément des ciments normalisés, les liants hydrauliques routiers (LHR) ont vu le jour à partir des années 80 pour répondre à des besoins spécifiques des traitements des sols en place ou des matériaux d'assise de chaussée en centrale. Ils sont composés des mêmes contituants que les ciments mais en proportions différentes pour des cinétiques de prise spécifiques. Leurs avantages sont techniques mais aussi économiques.
      Les liants hydrauliques routiers font l'objet de deux normes européennes : NF EN 13282-1 (LHR à cinétique rapide), NF EN 13282-2 (LHR à cinétique normale).

      Les dosages appliqués en traitement de sol dépendent de la nature minéralogique et du squelette granulaire. Ils sont généralement compris entre 3 et 7% du poids de sol sec. Les dosages pour la fabrication des graves traitées pour assise de chaussée sont voisins de 4%.

    En résumé :

    Les réactions du ciment ou du LHR consistent essentiellement en une hydratation des silicates et aluminates de calcium anhydres, avec dissolution puis cristallisation des produits hydratés : c'est la prise hydraulique qui conduit à l'obtention de performances mécaniques élevées du mélange s'accompagnant d'une stabilité à l'eau et d'une résistance au gel.

    Le choix du liant et de son dosage dépend du sol ou de la grave à traiter, de la destination du matériau traité et du niveau de performance recherché (remblai, couche de forme (PF2, PF3, PF4), sable ou grave hydraulique (fondation, base)).

    Dans le cas d'un traitement de sol, le choix du liant et son dosage sont déterminés par une étude en laboratoire.  Il en est de même des sables et graves hydrauliques qui répondent à des spécifications normalisées.

    AGGERIS réalise :

        - le choix du liant le mieux approprié
        - les études de valorisation des sols pour leur réemploi en remblai et couche de forme 
        - les études de graves et de sables traités aux liants hydrauliques (ou non traitées)
        - le dimensionnement de la couche de forme et du corps de chaussée
        - le plan des contrôles et prescriptions